Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 07:12

Et si c’était l’avenir, y compris économique de notre continent ?

 

Plusieurs informations nous parviennent maintenant concernant les OGM. Il a fallu du temps, et c’est bien normal, pour constater certains problèmes liés à ces cultures qui existent depuis plusieurs années mais l’expérience après 13 ou 14 ans de culture OGM intensive aux USA laisse présumer de problèmes non négligeables et l’Europe ferait bien d’y prendre garde

 

Voici tout d’abord quelques faits indiscutables qui nous permettent de poser la question de l’opportunité ou non de constituer un « sanctuaire sans OGM » dans le monde.

 

biodiversite.jpg

 

1. Les constatations faites cet été par 2 scientifiques de l’Université d’Arkansas :

Au cours d’inspection de la flore sauvage en Dakota du Nord, ces 2 scientifiques ont trouvé des plants de colza OGM au bord des routes, et ce à parfois plusieurs dizaines ou centaines de km des champs cultivés avec ces variétés. Rien a priori de bien étonnant si l’on songe que les camions laissent tomber de nombreuses graines lors du transport après la récolte, si ce n’est que :

-         Les variétés OGM ne sont pas réputées devoir se développer dans la nature or elles ont pratiquement colonisé le milieu, ce qui laisse songeur même si l’on sait que les bords de route sont entretenus avec des désherbants auxquels ces variété sont résistantes (il vaut donc mieux privilégier un nettoyage de bords de route par moyens mécaniques, plus lents mais moins sélectifs)

-         Plus grave, on a trouvé des plants de colza « sauvages » combinant 2 gènes de résistance aux désherbants, l’un introduit dans ses OGM par Monsanto, l’autre par Bayer. Ces plants n’ont jamais été produits par les industriels, et pour cause, ce qui permet de comprendre que les mutations se sont transmises hors de tout contrôle.

-         Quand on sait que le colza est susceptible de croisement avec 60 plantes différentes, on mesure le problème que poserait une introduction de gènes de résistance aux désherbants à ces 60 plantes adventices.


Voir l’étude de Meredith Shaffer et Cinthia Sagers:  http://eco.confex.com/eco/2010/techprogram/P27199.HTM 

 

2. L’apparition en Arkansas et au Mississippi d’un insecte ravageur du coton (Helicoverpa zea) résistant à l’insecticide contenu dans du coton OGM mise en évidence par l’équipe de Bruce Tabashnik (Université d’Arizona).

-         Pour contrecarrer cette résistance à la toxine Cry 1Ac, produite par le coton OGM Bt, les agronomes conseillent de maintenir des zones tampon cultivées en coton non OGM autour des champs de coton OGM. Ce qui sous-entend que le coton non-OGM sera chargé de maintenir une population d’insectes non résistant et que le croisement des insectes entre eux diminuerait le niveau de résistance des populations présentes sur les champs de coton OGM.

-         Il faudrait tout d’abord vérifier que ce n’est pas l’inverse qui se produira : une augmentation générale de la résistance de Helicoverpa zea à l’insecticide en question.

-         Quel est l’agriculteur qui acceptera de voir son champ ravagé par des insectes juste pour fournir une réserve de biodiversité contrebalançant les effets néfastes du coton OGM de son voisin ?

-         Les zones tampons « refuge » en Arkansas étaient de 39 % en Arkansas et au Mississippi, là où sont apparus ces insectes ravageurs et de 82% en Caroline du Nord pour le moment indemne de problème. Mais quel est alors l’intérêt des cultures OGM si elles doivent se contenter d’une portion congrue ?

 


3. Des courges OGM résistantes au virus de la mosaïque jaune de la courgette (ZYMV) deviennent des cibles de choix pour les mouches du concombre qui lui inoculent une autre maladie, le flétrissement bactérien. Le Pr Stevenson (Université de Pennsylvanie) se pose donc la question de l’intérêt économique de ce type de culture, les courges non-OGM étant moins sensibles au flétrissement bactérien que les courges OGM.

 

 

Voici donc quelques exemples qui ne peuvent que nous faire réfléchir :


- Transmission de gènes modifiés à des plantes non cultivées

- Acquisition par des insectes de résistances à des insecticides

- Déséquilibre de l’état sanitaire de plantes cultivées.


 

Et ne parlons pas des effets encore inconnus ou mal connus en terme d’acceptabilité par les animaux d’élevage d’aliments OGM ou d’effets allergènes de ces produits sur l’homme, des coûts des semences pour les producteurs et des dérives qui accompagnent ces cultures (utilisation d’insecticides à plus fortes doses, dissémination des semences dans des champs réputés sans OGM et les problèmes que cela pose aux producteurs en agriculture biologique etc …)

 

Dans la mesure où les cultures OGM sont encore peu répandues dans une bonne partie de l’Europe, peut-être conviendrait-il d’en faire une zone sans OGM qui deviendrait à terme, n’en doutons pas, un réservoir de plantes originelles avec une bonne biodiversité auquel les agriculteurs du monde entier auront recours dans un futur peut-être pas si lointain que ça.

 

Un nouveau métier pourrait même apparaître : ramasseur de graines sauvages pour réensemencer des zones déséquilibrées par les OGM.

Et de quoi remettre à l’honneur la botanique dans nos universités, matière en voie de disparition dramatique !

Mais voici aussi une reflexion à mener dans le cadre des PLU et des SCOT pour la définition des corridors écologiques, chargés justement de préserver la biodiversité

 

Raskazé Vorony

 

Article publié sur Agoravox :

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/une-europe-sans-ogm-et-si-c-etait-81863

Partager cet article

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lorgues, une veille citoyenne
  • Le blog de Lorgues, une veille citoyenne
  • : Drôle d'ambiance à Lorgues ! Tous les sujets d'étonnements au fur et à mesure qu'ils apparaissent. Et un gros dossier "Gaz de Schiste" ainsi que des articles sur Fukushima et ses implications
  • Contact

L'auteur de ce blog

Le pseudo "Raskazé Vorony" est utilisé par l'auteur de ce blog pour des informations strictement locales.

Les articles de portée plus générales, comme ceux sur les Gaz de Schiste par exemple, sont signés du vrai nom de l'auteur "Brigitte Grivet".

Pour bien faire, peut-être aurait-il fallu créer deux blogs au lieu d'un seul ?

Mais avez-vous déjà géré un blog sans être un vrai pro de l'internet ? Essayez et vous verrez le temps qu'il faut y consacrer ! Alors 2 blogs... ?

 

Brigitte Grivet, alias Raskazé Vorony

 

Voir aussi dans la rubrique "A propos de ce blog" :

Un pétard bien mouillé !

 

Recherche

Fukushima, un enjeu majeur

Pour retrouver tous nos articles évoquant ce sujet majeur, juste taper "Fukushima" dans la section "recherche". Ils apparaîtront mais pas forcément par ordre chronologique. A vous de voir !

Archives

Claude Alemagna, le Canard Lorguais

Retrouvez tous nos articles sur le Premier Magistrat de la commune ! Soit dans les catégories d'articles, soit en tapant son nom, soit en cherchant les articles sur le "maire de Lorgues". Bonne lecture !

Warning !

En cas d'absence de votre blogueuse préférée (LOL !), il se pourrait que "Lorgues, veille citoyenne" s'assoupisse mais aussi que d'autres webmestres tout à fait autorisés publient dans la même ligne informative, parfois ironique mais toujours respectueuse de la vie privée des personnes même publiques