Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 06:55

NORD-PAS DE CALAIS et PROVENCE ALPES COTE D'AZUR : deux visions de l'avenir (suite)

Provence-Côte d'Azur / Nord Pas de Calais : les opposés 2

C'est un "nordiste" qui parle ! Pas un Provençal, puisque nous n'avons pas connu de véritable 1ère révolution industrielle et... que nous nous apprêtons à entrer dans la 2ème en allant chercher du pétrole au fond de la mer !

Provence-Côte d'Azur / Nord Pas de Calais : les opposés 2
Provence-Côte d'Azur / Nord Pas de Calais : les opposés 2
Provence-Côte d'Azur / Nord Pas de Calais : les opposés 2

Ile du levant, Port Cros ou Porquerolles, des bases pétrolières de premier ordre, c'est bien connu ! Pourquoi s'inquiéter pour ces petites îles à peine habitées ?

Tourisme ? Vous avez parlé de tourisme ? La belle affaire... On s'en moque maintenant qu'on va avoir du pétrole... Et ils seront bien une centaine à travailler sur ces plate-formes. Des emplois, voilà ce qu'il nous faut !

Les cétacés ? Et bien, ils n'ont qu'à retourner dans d'autres contrées plus hospitalières si ça ne leur plaît pas. La France, on l'aime ou on la quitte... Qui a dit ça déjà ? Quelqu'un qui passe ses vacances sur la Côte varoise ? Eh bien, lui aussi il ira ailleurs ...

Bon ! Et si nous aussi on passait à la 3ème révolution industrielle ? Sans passer par la seconde ???

On pourrait y réfléchir, au moins

Raskazé Vorony

 

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Lorgues, veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 06:46

NORD-PAS DE CALAIS et PROVENCE ALPES COTE D'AZUR : deux visions de l'avenir

 

D'un côté, la 3ème révolution industrielle basée sur les énergies renouvelables, de l'autre des recherches pétrolières en mer, industrie du siècle passé...

Tout nous oppose ! et pas seulement les positions géographiques de nos régions...

 

Provence-Côte d'Azur / Nord Pas de Calais : les opposés 1

Ce mois-ci s'est déroulé un séminaire de 3 jours (du 13 au 15 mai 2013) dans le Nord avec toutes les forces vives économiques, sociales, universitaires et politiques de la région pour élaborer un "master plan", devant amener la région à une véritable 3ème révolution industrielle. Une initiative unique en France pour le moment mais que nous observerons avec attention car elle semble porteuse d'espoir et symbolise un dynamisme que nous aimerions rencontrer dans notre région.

Provence-Côte d'Azur / Nord Pas de Calais : les opposés 1

Plutôt que de longs discours, voici la trame de travail

Les 8 groupes de travail

Co pilotés par la CCI de région Nord de France et le Conseil régional Nord-Pas de Calais, ils réunissent des experts régionaux (et peuvent accueillir des experts nationaux et européens) ainsi que des entreprises opérant dans le Nord-Pas de Calais sur les 6 piliers de travail retenus et les deux groupes spécifiques sur l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité.

1. Énergies renouvelables distribuées

Les énergies renouvelables représentent 3 à 4% de la production d’énergie de la région, contre 12% en France. La région présente donc un retard qu’il convient de combler. L’impact attendu se situe aussi bien au niveau environnemental qu’économique et social.

2. Bâtiments producteurs d’énergie

Plusieurs projets pilotes de bâtiments BBC ont été réalisés, d’autres, à énergie positive, sont programmés dans la région. Ces initiatives restent cependant marginales et disparates.

3. Hydrogène et stockage de l’énergie

Les énergies renouvelables sont, par essence, fortement dépendantes des conditions météorologiques. Or, comme le rappelle Jeremy Rifkin dans son ouvrage consacré à la troisième révolution industrielle, « le soleil ne brille pas tout le temps, le vent ne souffle pas toujours ».

4. Réseaux intelligents

Si les énergies fossiles appellent à une gestion centralisée de par les investissements massifs qu’elles requièrent et leur concentration géographique, les énergies renouvelables sont, elles, de nature décentralisée puisque potentiellement présentes en chaque point du globe. Il en résulte une nécessité de repenser les réseaux de transport et de distribution de l’énergie

5. Innovation dans la mobilité douce

Le transport représente 20% de la consommation énergétique régionale (chiffres de 2008). Il s’agit donc d’un levier important qui peut être actionné aussi bien au niveau du transport de personnes que du fret.

6. Efficacité énergétique

Le Nord-Pas de Calais est la troisième région consommatrice d’énergie (après l’Ile-de-France et Rhône-Alpes). Sa consommation énergétique s’élève à 8 % de la consommation nationale, alors qu’elle ne représente que 6,6 % de la population. Un travail important peut donc être entrepris

7. Economie circulaire

L’enjeu est la transformation de déchets en matières premières réutilisables et réutilisées dans la conception de nouveaux produits ou autres utilisations …

8. Economie de la fonctionnalité

L’économie de fonctionnalité joue un rôle primordial dans la création d’une société de Troisième Révolution Industrielle puisqu’elle influe sur les comportements et la redéfinition des notions de propriété et d’usage. Elle consiste, en effet, en la substitution de la vente d’un produit par la vente de l’usage de celui-ci …

Et chez nous, que se passe-t-il pendant ce temps ?

Voir article suivant. A bientôt...

Raskazé Vorony

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Lorgues, veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:27

Lorgues est concerné par le PPRI en cours d'élaboration

Ce Plan de Prévention des Risques d'Inondation a été motivé par les inondations graves connues par notre département les 15 et 16 juin 2010. Lorgues et Le Thoronet ont été ajoutées au périmètre de ce PPRI.

Si à Lorgues, nous n'avons eu à déplorer la disparition de personne en juin 2010, il s'en est fallu d'un cheveu et il convient d'être extrêmement prudent dans certains quartiers ou certaines zones de notre commune.

Les pluies abondantes de novembre 2011 l'ont rappelé si besoin était. Y compris à Claude Alemagna, maire avisé de notre commune, qui le 14 octobre 2011 osait qualifier la commissaire enquêtrice chargée de l'évaluation de la 4ème modification du POS d'incompétente au motif qu'elle reprochait à cette modification de ne pas tenir compte du PPRI prescrit même non abouti. Cette dame avait eu le culot de demander des zones protectrices le long des cours d'eau qui, selon M. Alemagna ne présentaient aucun risque. Quelle idiote ! (Terme employé par le maire lors du Conseil Municipal du 14.10.11 ; dans le compte rendu, on ne retrouve que le terme d'incompétente). Les riverains de l'Argens ont pu constater 3 semaines plus tard le bien-fondé de la remarque de Mme la Commissaire enquêtrice et la légèreté de M. le Maire.

Il est donc urgent qu'un PPRI bien étudié et solide puisse s'opposer à l'inconséquence même de certains élus.

Petit rappel des faits :

Carte des précipitations dans le Var le 15 juin 2010. Lorgues au coeur de la zone dangereuse.

Carte des précipitations dans le Var le 15 juin 2010. Lorgues au coeur de la zone dangereuse.

Examinons plus précisément notre région, vue par le radar de Météo-France

Rappelons qu'il est tombé 460 mm à Lorgues, dans la zone de la Florieye !

Rappelons qu'il est tombé 460 mm à Lorgues, dans la zone de la Florieye !

A partir de ces observations et de l'examen des dégâts constatés, le préfet du Var a initié la rédaction d'un PPRI qui détermine les zones à risque.

 

Constatons que les zones étudiées et sévèrement règlementées à l'avenir sont toutes des bassins versants de cours d'eau, rivières ou fleuve (l'Argens), plus, particularité lorguaise, la zone du Plan de Lorgues.

Constatons que les zones étudiées et sévèrement règlementées à l'avenir sont toutes des bassins versants de cours d'eau, rivières ou fleuve (l'Argens), plus, particularité lorguaise, la zone du Plan de Lorgues.

Le PPRI est en cours de finalisation. Il a déjà été présenté lors de 2 réunions publiques.

Une enquête publique va s'ouvrir dans le second semestre de 2013 (surveillez les dates) et le tout devrait bouclé pour la fin de l'année.

Vous pouvez retrouver le dossier d'étude et les projets de règlement et toutes les cartes sur papier à la Mairie de Lorgues, puisque la préfecture les y a déposés.

Vous pouvez également les consulter sur le site de la Préfecture et examiner de près les cartes, quartier par quartier en agrandissant les fichiers pdf.

Voici le lien internet pour la commune de Lorgues : http://www.var.gouv.fr/commune-de-lorgues-a2959.html

Il va de soi que ce PPRI aura un impact certain sur le futur PLU de Lorgues. Il est donc important pour chacun d'en prendre connaissance

R.V.

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 16:50

Le printemps est là, enfin ... et la glycine du Buffet de la Gare refleurit...

 

De taille imposante, cette glycine a été plantée en 1865 lors de l'inauguration de la ligne de chemin de fer Les Arcs - Toulon.

 

Glycine-Buffet-Gare-les-Arcs.jpg

 

Heureusement préservée jusqu'à nos jours, elle est depuis quelques années inscrite au registre des arbres remarquables de Provence-Côte d'Azur, sous le N° 83-004-04.

 

Glycine-Gare-les-Arcs.jpg       Glycine-Gare-les-Arcs-fleur.jpg

 

En ces jours de printemps, sa floraison est magnifique et vaut le coup d'oeil si vous passez par la gare ! Son observation vous consolera peut-être du retard du train que vous attendez...

 

Raskazé Vorony

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 19:30

Débroussaillage panneau Lorgues-Vidauban (10)Gros travail d’éclaircissage de part et d’autre de la RD 48, de Vidauban à Lorgues

 

Les panneaux routiers annoncent un chantier de débroussaillage mais c’est plus que ça.
L’équipe de bûcherons débroussaille, élague, coupe, broie et range le bois.

Bucheron-Lorgues-Vidauban.jpgBucheron-Lorgues-Vidauban-2.jpg   Broyage-Lorgues-Vidauban.jpg

Le résultat est spectaculaire : de nombreux pins tombés, les chênes respirent et prendront certainement de l’ampleur dans les années à venir.

 

On attend maintenant que le bois broyé sur le sol se décompose et que l’on trouve un petit air de sous-bois aéré et fleuri des deux côtés de la route.

Sous-bois-Lorgues-Vidauban.jpg

Qui sait ? On y ramassera peut-être aussi des champignons à la saison venue ?

 

Que devient le bois coupé ? Il faut le demander au Conseil Général car cela ne dépend pas de l’entreprise que nous avons vue au travail.

 

Cette coupe de printemps donne une toute autre allure bien agréable à notre petite route et nous espérons que les immondices mis à jour dans cette opération disparaîtront vite pour ne plus revenir…

Poubelles-bois-Lorgues-Vidauban.jpg

 

Par contre, on redécouvre quelques éléments ruraux intéressants (murs, petit pont etc …)

Pont-apres-Debroussaillage-Lorgues-Vidauban.jpg

Un grand merci à ces Messieurs les Bûcherons (et, non, pas de dame…) pour leurs explications et leur gentillesse, sans parler du formidable travail fait

 

Raskazé Vorony

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 05:38

Fukushima et Japon, de la contamination à la dissémination et vice-versa…

 

Du fait du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars 2011 mais aussi du fait d’impardonnables erreurs technologiques (voir article : Three Misle Island 1979-Fukushima 2011 : les leçons non apprises ), les opérateurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont dû se résoudre le 12 mars au matin à lâcher dans le ciel de Fukushima un gros volume de vapeur radioactive, afin d’éviter la pure et simple explosion de la centrale.

Ce premier nuage a contaminé la région.

 

La suite des évènements ne sera qu’un désastre nucléaire d’ampleur incroyable, avec plusieurs émissions de nuages radioactifs, des cœurs de réacteurs en fusion quasiment à l’air libre et des tentatives de refroidissement avec de l’eau de mer devenue radioactive puis stockée vaille que vaille dans des conteneurs, des bateaux citernes puis finalement relâchée dans la mer. Contamination d’envergure ! Et pourtant, AREVA, notre fleuron national, était sur place pour aider … No comment !

 

 

Nous ne reviendrons pas sur les incroyables dénis de l’opérateur TEPCO et du gouvernement japonais sur les dangers de ces accidents… (Voir article : Fukushima, un an après ) Une zone de contamination importante a fini par être dessinée et évacuée : 20 km autour des centrales.

 

Fukushima-zone-interdite.jpg

 

Or, le vent, cet horrible vent dont on se demande comment il a osé souffler durant toute cette période, le vent donc  a décidé que la zone de contamination n’était pas ronde

Fukushima-contamination.jpg

Il faudra des mois pour que le gou vernement rajoute aux 20 km des zones disséminées ici et là et présentant des taux de radiation vraiment trop élevées, même au regard des nouvelles normes tolérées (plus laxistes que les précédentes…).

 

Ce sont maintenant 160 000 personnes qui ont été déplacées car résidant dans des zones répondant aux normes d’évacuation. Dans les environs, les gens vivent et travaillent ou tentent de vivre et travailler en s’adaptant aux contraintes posées par la radioactivité. On a décontaminé et on décontamine encore et encore les cours d’école, les rues, certaines maisons, quelques parcelles de terre etc …

 

Qu’a-t-on fait des éléments ramassés : certains ont été incinérés ailleurs au Japon dans installations non équipées pour la décontamination nucléaire et ont donc disséminé une pollution invisible mais réelle dans d’autres régions. Le reste a été stocké sur place ou enfoui dans de grands trous. Il suffit d’un peu d’eau de pluie pour que les éléments enfouis se dispersent dans le sol, le sous-sol et finalement les nappes phréatiques. Dissémination !


Les agriculteurs continuent la culture et l’élevage. C'est leur métier. Leurs produits sont contrôlés : au-dessus d’un certain seuil, ils ne sont pas commercialisables (qu’en fait-on ? Pas du compost, j’espère …). En dessous des seuils admis comme corrects (et jugés anormaux et incorrects dans le reste du monde car trop élevés), ils sont commercialisés et finalement consommés. Dissémination !


Certains de ces agriculteurs, lassés de voir que leur sol était vraiment inapte à la culture pour permettre de rester en-deçà de ces fameux seuils, ont entrepris de faire des labours profonds, histoire de bien tout mélanger et de diminuer le taux de contamination. Dissémination !


Sur terre, les eaux ou les vents coulent, ruissellent, percolent, soufflent, transportent des éléments radioactifs y compris vers des lieux pas ou moins contaminés. Dissémination !


En mer, les pêcheurs pêchent. Leurs poissons, comme les produits agricoles, sont testés. Au-dessous d’un certain seuil de radioactivité, on les retrouve sur les marchés. Dissémination !

Au-dessus de ce seuil, ils ont payés par le gouvernement mais rejettent illico-presto leurs prises à la mer, depuis le quai du port, y compris s’ils ne sont pas en zone contaminée. Dissémination !


Et puis sous l’eau, les poissons mangent du plancton contaminé puis s’en vont gaillardement pour certains à quelques dizaines de miles marins de là,  pour d’autres dans toutes les mers du globe, propager la bonne radioactivité fukushimaienne. Dissémination !


Et qui dit dissémination dit aussi contamination !!!


On peut certainement et légitimement critiquer le gouvernement japonais de ne pas prendre, sciemment ou non, c’est l’affaire des Japonais,  la mesure totale de l’évènement et de ne pas mettre sa population en sécurité. On peut le critiquer pour sa façon de permettre une dissémination de la radioactivité dans tout son pays.

Il semblerait que les Soviétiques à l’époque de Tchernobyl aient un peu mieux réagi vis-à-vis des populations locales. Ayons toutefois une pensée émue et reconnaissante pour les travailleurs enrôlés quasiment de force pour couler le fameux sarcophage et qui en sont morts ou en sont malades.

 

Mais même le Soviet Suprême n’a pu empêcher le fameux « nuage de Tchernobyl » tout comme le Gouvernement japonais ne peut empêcher la dissémination hors du Japon par des éléments naturels (vent, courants maritimes ou poissons par exemple).

 

Imaginons un instant !


Oui, imaginons un instant qu’un accident se déclare dans une centrale de la Vallée du Rhône.

Avec un petit coup de mistral, il y a fort à parier que tôt ou tard une bonne partie de notre chère Provence sera bel et bien contaminée mais aussi que le Rhône charriera ses particules radioactives jusqu’en Méditerranée et polluera durablement cette mer fermée et contaminera les pays riverains.

 

Les citoyens français seront lourdement pénalisés comme le sont les Ukrainiens ou les Japonais (mais après tout, ils ont aussi bénéficié de l’énergie nucléaire française pendant des années). Mais quid des autres ?

Est-ce compatible avec la philosophie du pays de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ?

 

-          Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits (article 1 er de la déclaration)

-          La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui (article 4 de la déclaration)

-          La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration (article 15 de la déclaration)


Et puis, pour ceux, nombreux, qui se moquent de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, parlons autrement :


Pour le moment, à notre connaissance, les côtes ouest des Etats-Unis et du Canada n’ont « récupéré » que des éléments solides suite au tsunami. Que se passera-t-il si un jour les plages, eaux et poissons de cette côte ouest devaient se révéler contaminés par la radioactivité émise par la centrale de Fukushima ? L’hypothèse est plausible. Alors, au moins un beau procès en perspective et des dommages et intérêts costauds, selon la méthode américaine…

 

Et le jour où la Méditerranée pourrait être durablement contaminée, suite à notre hypothétique accident en Vallée du Rhône, avez-vous envie de devoir, comme citoyen (mais cela vous importe peu) ou comme contribuable français (là, ça vous touche plus) prendre votre responsabilité (malgré vous) et payer des dommages énormes aux autres peuples ? Car, ne vous y trompez pas, les sommes à débourser seront colossales et comme d’habitude si les profits sont privatisés, les pertes seront nationalisées…  Vous aurez au moins appris ça de la crise financière de 2008, non ?

 

Etes-vous prêts à prendre ce risque ?

Nous avons eu beaucoup de chance jusqu’à présent, pourvu que nous nous ne réveillions pas un jour en plein cauchemar comme en Ukraine ou au Japon …

 

Au fait :


Au fait, on parle de démanteler la centrale de Fukushima. C’est bien le moins. D’autant que personne ne peut affirmer qu’elle ne continue pas à déverser ses ions ou atomes radioactifs dans l’eau et l’atmosphère. Savez-vous combien de temps ce démantèlement va durer ? On parle de 40 ans…

 

En France, nous avons aussi une centrale, non accidentée celle-ci, Dieu merci, en cours de démantèlement : Brennilis, en Bretagne. Depuis 1985 … soit 28 ans… et ce n’est pas terminé. Le coût ? Secret d’état ou plutôt d’EDF.

 

Brigitte Grivet

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 16:05

L’impardonnable incurie de la nucléocratie


Deux ans après LES catastrophes de Fukushima en 2011, que pouvons-nous en dire à la lumière des dernières informations ?


1 – La première catastrophe fut indéniablement le séisme puis surtout le tsunami qui ont ravagé toute la partie nord-est du Japon.


Ce fut un cataclysme d’origine naturelle, terrible, dramatique, dont les images nous ont rappelé celles vues lors du tsunami de 2004 ayant ravagé les côtes de nombreux pays de l’Océan Indien.


Le séisme de 2004 a été mesuré comme plus fort encore que celui de 2011, les hauteurs de vagues étant peut-être même plus importantes dans certains pays de l’Océan Indien qu’au Japon ; le nombre de morts a été en tout cas 10 fois plus élevé en 2004 (environ 220 000 morts) qu’en 2011 (23 500 environ).


Mais cessons-là ce décompte de chiffres macabres. Dans les 2 cas, ce furent des catastrophes naturelles dramatiques et imprévisibles même si les modes de prévention ont été bien meilleurs au Japon que dans l’Océan Indien.  Dommage, ceci dit, que les stèles japonaises anciennes marquant les limites atteintes par de précédents tsunamis au fil de l’histoire aient été peu à peu oubliées et délaissées car on aurait pu se souvenir jusqu’où le danger pouvait arriver.


2- Puis l’impensable arriva : une véritable catastrophe, d’origine nucléaire celle-là !

Il y a fort à parier que l’on ne parlerait plus beaucoup en Europe de ce tsunami de 2011 s’il ne s’était agi par la suite « que » de reconstruction classique d’une bande de terre en bord de mer détruite par une énorme vague, même si cette bande de terre abritait des millions d’habitants, leurs maisons, leurs activités agricoles ou industrielles et si l’on avait déploré des milliers de morts.


Mais Fukushima, c’est bien autre chose ! Un véritable enfer s’est déchaîné quand la centrale au lieu de produire de l’électricité s’est mise à produire de la radioactivité dès le 12 mars 2011 au matin.


Il semble bien que la vanne du refroidisseur par condensation du réacteur se soit automatiquement et très intempestivement fermée après les coupures de courant provoquées par le séisme puis le tsunami. C’est une vanne qu’il faut alors ré-ouvrir manuellement : même dysfonctionnement qu’à Three Misle Island en … 1979 ! Mais nul, dans cette industrie réputée fiable, contrôlée et à la pointe de la technologie, ne s’en est soucié.


Puis ce furent les sondes dans le réacteur même qui ont fait défaut : alors que l’eau baissait sous le niveau normal d’affleurement des barres de combustibles, la sonde au lieu de montrer un niveau en baisse, montrait un niveau qui remontait ! et ceci alors, rappelons-le, que le refroidisseur qui aurait dû transformer mécaniquement la vapeur d’eau dégagée en eau de refroidissement était coupé du circuit. Deuxième dysfonctionnement grave déjà diagnostiqué à Three Misle Island en 1979…


Comment dans une industrie aussi « intelligente » que l’industrie nucléaire de tels dysfonctionnements sont-ils possibles ? Quels concepteurs géniaux ont-t-ils pu inventer pareilles inepties ? Quels systèmes de contrôle ont-ils pu laisser passer de tels défauts d’autant qu’ils étaient apparemment déjà connus depuis plus de 30 ans ?


Quel ingénieur en énergie nucléaire pourra maintenant nous faire croire que l’on a réellement appris des catastrophes antérieures ? Comment avoir encore, un peu, confiance ?


Brigitte Grivet

Voir aussi : Fukushima, un an après 

et : Nucléaire et bouts de ficelle !

 

P.S. Ca ne vous met pas en colère cette incurie, cette incompétence et cette irresponsabilité de la part de gens qui tiennent littéralement notre vie entre leurs mains et nous reprochent en permanence de vouloir en savoir plus ? Moi, si !

 

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 05:40

... C'est la station d'épuration !

 

En parvenant à cette nouvelle "STEP", au bout d'une charmante petite route, dans un cadre forestier enchanteur, on ne peut qu'être frappé de la taille de cette réalisation. On est là bien loin des stations d'épuration "à la papa". On a l'impression de se trouver face à un vrai site industriel.

 

STEP-Lorgues-nov-2012--10-.jpg

 

Et il nous semble bien qu'il s'agisse du plus gros site "industriel" de Lorgues, en surface globale, en emprise au sol ou en volume de béton mis en oeuvre. Même la cave coopérative ne peut rivaliser, à vue de nez tout au moins..

 

STEP-Lorgues-nov-2012--7-.jpg

STEP-Lorgues-nov-2012--4-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n'est pas question ici de mettre en cause la nécessité qu'il y avait à faire cet investissement. Il était indispensable (et au programme des 2 listes électorales en présence aux dernières élections municipales, rappelons le).

 

Notre questionnement est plus général :

 

- Combien de m² ou d'ha ont été réservés à des entreprises à caractère économique dans ces dernières années ?

- Combien d'emplois ont-ils été créés dans notre commune durant ces mêmes dernières années ?

- Pourquoi le seul investissement d'envergure a-t-il été fait sur des fonds publics et sans incidence aucune sur la vie économique locale ?

 

Sans doute que la vocation de Lorgues n'est pas de devenir une cité industrielle d'importance mais nous n'aurions pas ce même goût d'inachevé en bouche s'il y avait eu une véritable politique de développement économique, une réflexion autour de la création d'emplois possible, en bref, une mise en place d'une dynamique pertinente et tout aussi indispensable que cette STEP.

 

Une commune qui n'affiche comme ambition majeure que celle de traiter ses déchets, n'est-elle pas une commune en déclin, une commune qui se meurt ?

 

A méditer ...

 

Raskazé Vorony

 

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de la STEP, voir le très bon article sur le blog de Lorgues Nature Environnement qui l'explique de façon claire et détaillée : link )

 

P.S. Les photos du chantier ont été prises un samedi de novembre 2012. Un peu de laisser aller en fin de semaine ...

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 15:18

Attention ! Gare aux PV à venir...

 

Chers Amis conducteurs du dimanche ou de tous les jours, prenez garde.


La vitesse de circulation dans notre commune est réduite à 50 km/h depuis une dizaine de jours, depuis l'entrée par la route de Draguignan jusques et y compris sur le "périph" de Lorgues.

 

De nouveaux panneaux ont été intallés (50 en lieu et place de 70 km/h) mais qui les regarde quand on emprunte une route que l'on connaît par coeur ?

 

Sans doute êtes-vous déjà informés mais ce petit rappel vous permettra, peut-être, d'échapper aux foudres de la maréchaussée...

 

Bonne conduite ! N'oubliez pas : "Vitesse à consommer avec modération"

 

Raskazé Vorony

 

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 03:27

L'ASSOCIATION LORGUES NATURE ENVIRONNEMENT REPREND DU SERVICE !

 

De nombreux articles viennent de paraître sur le blog de l'association (Voir : link  )

 

Les sujets en sont multiples : le Plan de Prévention des risques d'inondation, le PLU, la collégiale et le patrimoine lorguais etc...

 

Et puis, initiative intéressante, il y a la création d'albums photographiques à partir de clichés que les uns et les autres sont appelés à envoyer.

 

A vos appareils !

 

Pour le moment, il n'y a comme albums en ligne ou annoncés que :

- Fleurs sauvages de Lorgues

- La collégiale Saint Martin

- Le patrimoine lorguais ancien

Mais ce n'est qu'un début ... puisque devraient également apparaître des albums sur la faune sauvage (gros et petits animaux en tous genres, les paysages, nos rivières (Argens et Florieye) et bien d'autres encore, suivant les envois de tous.

 

Pendant près de 2 ans, cette association s'est mise en relatif sommeil ; ses bénévoles étaient naturellement à la manoeuvre pour éviter le pire à notre commune : la signature du permis de Brignoles. Ce permis "Gaz de schiste" ayant été (pour l'instant du moins) remisé dans le placard d'où il n'aurait jamais du sortir, Lorgues Nature Environnement reprend ses activités de plus belle.

 

Jeunes ou seniors, Lorguais de souche ou "néo-Lorguais", si vous aimez faire des photos et les faire partager aux autres, voilà une occasion sans pareille !

 

Raskazé Vorony

 

Pour certains sujets abordés par LNE, voir aussi ici :

Le Plan de Prévention des Risques d'Inondation de Lorgues

le PLU (Plan Local d'Urbanisme) de Lorgues : position de l'opposition municipale

Repost 0
Published by Veille Citoyenne Veille citoyenne - dans Environnement - développement durable
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Lorgues, une veille citoyenne
  • Le blog de Lorgues, une veille citoyenne
  • : Drôle d'ambiance à Lorgues ! Tous les sujets d'étonnements au fur et à mesure qu'ils apparaissent. Et un gros dossier "Gaz de Schiste" ainsi que des articles sur Fukushima et ses implications
  • Contact

L'auteur de ce blog

Le pseudo "Raskazé Vorony" est utilisé par l'auteur de ce blog pour des informations strictement locales.

Les articles de portée plus générales, comme ceux sur les Gaz de Schiste par exemple, sont signés du vrai nom de l'auteur "Brigitte Grivet".

Pour bien faire, peut-être aurait-il fallu créer deux blogs au lieu d'un seul ?

Mais avez-vous déjà géré un blog sans être un vrai pro de l'internet ? Essayez et vous verrez le temps qu'il faut y consacrer ! Alors 2 blogs... ?

 

Brigitte Grivet, alias Raskazé Vorony

 

Voir aussi dans la rubrique "A propos de ce blog" :

Un pétard bien mouillé !

 

Recherche

Fukushima, un enjeu majeur

Pour retrouver tous nos articles évoquant ce sujet majeur, juste taper "Fukushima" dans la section "recherche". Ils apparaîtront mais pas forcément par ordre chronologique. A vous de voir !

Archives

Claude Alemagna, le Canard Lorguais

Retrouvez tous nos articles sur le Premier Magistrat de la commune ! Soit dans les catégories d'articles, soit en tapant son nom, soit en cherchant les articles sur le "maire de Lorgues". Bonne lecture !

Warning !

En cas d'absence de votre blogueuse préférée (LOL !), il se pourrait que "Lorgues, veille citoyenne" s'assoupisse mais aussi que d'autres webmestres tout à fait autorisés publient dans la même ligne informative, parfois ironique mais toujours respectueuse de la vie privée des personnes même publiques